Kenya … Aux confins du jour et de la nuit Une parenthèse…

Kenya

Kenya

Une terre sans fin nimbée d’une poussière d’or aux milles reflets safranés, ambrées, ocrés, soufrés s’estompant progressivement dans les orangés et les rouges d’un ciel mâchure de nuages hésitant entre l’indigo et le violet accompagne dans son déclin un énorme disque solaire enflammé. Bientôt, le jour s’éteindra, marquant le début du ballet de petits galagos qui, tels des farfadets à la face mangée par de grands yeux, sautilleront de branches en branches, d’acacias en acacias, à la recherche d’insectes. Bientôt s’élevant dans un vol feutré, le hibou quittera la termitière sur laquelle il s’était posé, tandis que souplement d’une démarche ouatée, le léopard partira sur les traces d’une proie. Tous les animaux de la savane se ^préparent à passer une nouvelle nuit…

Chacun fermera les yeux pour mieux saisir les voix de la savane, le hurlement des hyènes, le rugissement des lions, le froufrou de la végétation piétinée. Voilà comment défilent les images dans les plus grands parcs Kenyan.

Entre les prodigieuses plantes d’aloès, dont certaines se hissent à quatre mètres, on pourra admirer les peintures rupestres des Massaï, sous l’œil vigilant d’un gecko. Ici retentira le cri d’alarme des damans, soucieux de défendre leur territoire et jouant quelquefois la sentinelle…Plus haut le regard se perdra dans l’horizon de la grande prairie piquetée d’éléphants, de damalisques, de bubales, de zèbres ou d’autruches, et ou le phacochère et l’otocyon , ou chien oreillard, creusent leurs tanières. Parmi les animaux sauvages, se découperont parfois les troupeaux de bétails des Massai, l’ethnie la plus célèbre de cette terre kenyane … Pays à la fois magique et mirifique qui nous ramène indéniablement à nos rêves d’aventure, notre soif de grands espaces peuplés d’animaux sauvages.

Tandis que les premiers rayons soulignent le bref silence qui marque la fin de la nuit et l’avènement du jour, le souffle reste suspendu d’admiration durant quelques minutes. Pendant ce fugace instant, les deux cimes du Kilimandjaro, la blanche couronne volcanique du Kibo et la pointe déchiquetée du Mawenzi, dévoilent leur majesté, avant de disparaitre jusqu’au petit matin suivant sous un lourd manteau de brume…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *