Category: Afrique

DAKARRRRRRR

BEAUCOUP DE VENDEURS

BEAUCOUP DE VENDEURS

Après une dernière balade sur l’île de Gorée nous reprenons le ferry pour découvrir DAKAR. Ah oui, il y a une petite chose rigolote à raconter. Après le petit déj’, Christophe veut prendre sa douche (chaude !!! notre première depuis 15 jours !!!) mais en fait il ne parvient pas à avoir de débit. Alors vous allez nous dire, que c’était comme dans les autres hôtels ! Oui c’est vrai le débit était assez proche des autres hôtels mais quand j’avais pris ma douche, une heure avant, j’avais du débit. Il s’avère en fait que c’était le jardinier qui prenait toute l’eau froide ! On a donc été obligé de lui demander d’arrêter pour avoir de l’eau fraîche !

Arrivés à Dakar on dépose nos sacs chez Nizar. Bien placé … ENFIN IL Y A BEAUCOUP DE VENDEURS !!!! qui sont très collants et donc très pénibles. Ils cachent des bijoux dans des feuilles A4 roulées et te les proposent. Tu peux refuser mais ils poursuivent leur route à côté de toi, à te parler. Lorsque nous sommes sortis de l’hôtel, un jeune homme nous a suivis aussi, prétendant qu’il travaillait pour l’hôtel et qu’il allait nous aider à ne pas nous perdre dans cette grande ville, (mais oui , bien sûr !!!) Eh bien, là c’est pareil, on a beau refuser, lui demander de partir, il te suit, te poursuit. On essaie de rentrer dans des boutiques pour se cacher, de marcher plus vite, … on se rend à l’institut français, on prend le temps de regarder les photos, les expos … rien n’y fait, il est toujours derrière nous, alors on rentre dans un resto assez rapidement pour essayer de le perdre.

Lorsque l’on sort, il n’est plus là, ouf !

On part se balader vers le Palais Présidentiel puis en fin d’après-midi on retourne en ville, pour trouver un livre de cuisine. Le soir on assiste à une projection à l’institut français « Les Moissons du futur » puis ensuite on assiste au concert de Matador, du hip hop sénégalais. Notre hôtel n’est pas très loin, on décide de rentrer à pied même si on a lu que cela est déconseillé. A 20 mètres de l’hôtel on a une altercation avec des vendeurs qui n’en sont pas mais plutôt des voleurs de sacs ! Heureusement, les cris leur font peur !

Le lendemain, on part prendre un petit déjeuner à la française puis on marche vers le fronton de mer où le sable est ressassé par les vagues. On prend une heure au cyber café pour s’enregistrer. On retourne au même restaurant qu’hier mais à la sortie c’est l’heure de la prière. On est vendredi ! Tous les hommes déposent leurs tapis de prière sur la route qui est ainsi bloquée. On ne peut sortir. La directrice du restaurant nous fait attendre. A la fin de la prière c’est un flot d’hommes qui nous fait face ou qui nous accompagne. Un d’entre eux tente de nous passer ses mains autour du cou mais heureusement, le corps sait se protéger et se débattre instinctivement.  Ça donne tout de même une bonne frayeur.

Heureusement, on avait prévu de « s’enfermer » pour cette dernière après-midi. Direction la piscine du Pullman, super hôtel où nous serons certains de ne pas se faire attraper. On y passe l’après-midi alternant baignade et lecture. Avant la tombée la nuit on retourne à l’hôtel chercher nos sacs puis on retourne à l’Institut Français pour dîner. Nous prenons notre temps.

On prend ensuite un taxi qui nous arnaque pour l’aéroport ! Eh oui, il mélange les billets qui ont des couleurs similaires  et selon lui, nous lui devons de l’argent !